Résumés Bruno Restif

Résumé:

 

     Partant du regret d’Henri Bremond de n’avoir pu traiter des gestes de la prière dans son Histoire littéraire du sentiment religieux, le présent article propose d’en écrire une histoire visuelle et non pas littéraire, en traitant de la France pour la période allant du milieu du XVe au milieu du XVIIe siècle. L’étude d’un cas à la fois représentatif et exceptionnel par la qualité de la réalisation, celui des représentations d’Étienne Chevalier par Jean Fouquet dans les années 1450, permet d’établir les liens entre posture corporelle, image et prière d’intercession. La seconde moitié du XVe siècle et le début du XVIe siècle apparaissent, à travers livres d’heures et vitraux, comme l’âge d’or de la prière d’intercession, lorsque le commanditaire est représenté à genoux, le buste droit et les mains jointes, en lien avec l’appel au saint patron et avec le culte marial. Au cours du XVIe siècle, le développement des thèmes christiques, l’évolution des supports iconographiques et le recours au maniérisme révèlent la corrélation entre crise de la prière d’intercession et fragilisation du modèle postural dominant, qui peuvent traduire dans l’image une incertitude de voir la prière exaucée. À partir de la fin du XVIe siècle, gravures et peintures utilisent les postures des personnages représentés, généralement des saints, pour inviter le spectateur à la méditation ou à la contemplation. Qu’il s’agisse de la spiritualité jésuite ou de celle de l’école française d’inspiration bérullienne avec ses développements port-royalistes, il y a, dans la première moitié du XVIIe siècle, une variété de postures de méditation et de contemplation qui visent à articuler étroitement corporalité de la prière, image religieuse et expérience spirituelle.

 

Abstract:

 

     As Henri Bremond was sorry not to have dealt with the gestures of prayer in his Histoire littéraire du sentiment religieux, this article proposes to write a visual history and not a litterary one, dealing with France during the period from the middle of the 15th century upto mid-17th century. A case study both representative and outstanding by the quality of it’s realisation, the representations of Etienne Chevalier by Jean Fouquet in the 1450’s, allows to establish links between corporal postures, image and intercessory prayer. The second half of the 15th century and the beginning of the 16th appear, through the books of hours and stained glasses, as the golden age of the intercessory prayer, when the donor is shown kneeling, the chest upright and clasped hands, in relation with the call to the patron saint and the cult of Mary. During the 16th century the development of Christic themes, the evolution of iconographical media and the use of mannerism reveal the correlation between the crisis of intercessory prayer and embrittlement of the dominant postural model, which could reveal in the image an uncertainty to have one’s prayer granted. From the end of the 16th century onwards etchings and paintings use the postures of the figures, generally saints, to invite the viewer to meditation and contemplation. Whether Jesuit spirituality or that of the French school of Berullian inspiration with its Port-Royalists developments, there is, in the first half of the 17th century, a variety of meditation and contemplation postures which aim at articulating closely physicality of prayer, religious image and spiritual experience.